Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE IV

LA VILLA MÉDICIS



En 1863. les grands-prix de Rome pour la peinture, la sculpture, l’architecture et la gravure étaient Layraud et Monchablon, Bourgeois, Brune et Chaplain.

La coutume, suivie actuellement encore, voulait que nous partions tous réunis pour la villa Médicis, et visitions l’Italie.

Quelle nouvelle et idéale existence pour moi !

Le ministre des Finances m’avait fait remettre 600 francs et un passeport, au nom de l’empereur Napoléon III, signé Drouyns de Luys, alors ministre des Affaires étrangères.

Nous fîmes ensemble, mes nouveaux camarades et moi, les visites d’adieu prescrites par l’usage avant notre départ pour l’Académie de France à Rome, à tous les membres de l’Institut.

Le lendemain de Noël, dans trois landaus, en