Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
MES SOUVENIRS
43

sapin était tachée de vin et dégoûtante de saleté.

Les anciens avaient tous la physionomie rogue, ce qui ne les empêcha pas, à un moment donné, de nous dire que si la nourriture était simple, on vivait ici dans la plus fraternelle harmonie. Subitement, après une discussion artistique fort drôlement menée, le désaccord arriva et l’on vit toutes les assiettes et les bouteilles voler en l’air, au milieu de cris formidables.

Sur un signe d’un des prétendus moines, le silence se rétablit immédiatement, et l’on entendit la voix du plus ancien des pensionnaires, Henner, dire gravement : « Ici, la bonne harmonie règne toujours ! »

Bien que nous sachions que nous étions l’objet de plaisanteries, j’étais un peu interloqué. N’osant bouger, je regardais, le nez baissé sur la table, quand j’y lus le nom d’Herold, que l’auteur du Pré aux Clercs y avait gravé avec son couteau, alors qu’il était pensionnaire de cette même Villa Médicis.