Page:Massenet - Mes souvenirs, 1912.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE V

LA VILLA MÉDICIS



· · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Comme je l’avais pressenti et d’ailleurs, remarqué aux signes d’intelligence que se faisaient entre eux les pensionnaires, ceux-ci nous avaient ménagé une autre grosse farce, ce qu’on pourrait appeler une brimade de dimension.

À peine étions-nous sortis de table que les pensionnaires s’enveloppèrent de leurs grandes capes à la mode romaine et nous obligèrent, avant d’aller nous reposer dans les chambres qui nous étaient destinées, à une promenade de digestion (était-ce bien nécessaire ?) jusqu’au Forum, l’antique Forum dont tous nos souvenirs de collège nous parlaient.

Ignorant Rome la nuit, autant du reste que Rome le jour, nous marchions entourés de nos nouveaux camarades, comme d’autant de guides sûrs pour nous.