Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ville, Guillaume Lamothe, chef de police, Moore, photographe, M. Naegelé, officier de police, Jean de Beaufort, détective, Médard Mercier, huissier, etc., etc. [1]

Lors d’une admission, le candidat était rencontré sur le champ de Mars, on lui bandait les yeux et on le menait à la salle du club par voie détournée. Rendu à la porte de la salle, le futur « frère » demandait à être introduit. Quelques objections lui étaient faites, pour la forme puis, s’il persistait, on le faisait entrer et on lui enlevait son bandeau.

La scène qui s’offrait alors aux regards du profane n’avait rien de banal.

Autour de lui, se trouvaient les initiés vêtus de cagoules sombres qui ne laissaient apercevoir que les yeux.

Au fond de la pièce, sur une estrade, planait le président ou le « Maître ». Devant ce dernier était une table tendue de noir, chargée à chaque bout d’une tête de mort ; derrière le « Maître » s’étalait un

  1. D’après M. Alexandre Narbonne, militaire bien connu qui fut messager du club dans sa jeunesse, il y avait trois classes de clubistes : les membres, les compagnons et les centurions.