Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 119 —

Jean » que tout le monde écouta attentivement et religieusement.

Cartier distribua, ensuite, à tous les naturels, des cadeaux variés, puis « il ordonna à ses gens de sonner de la trompette et de jouer d’autres instruments de musique ; ce qui, par sa nouveauté devait beaucoup frapper ces sauvages, et les remplit, en effet, d’étonnement et d’admiration »…

« Étant sortis d’Hochelaga, ils furent conduits par plusieurs hommes et plusieurs femmes à la montagne voisine ; et, arrivés sur cette hauteur, ils purent de là prendre connaissance du pays. Ils admirèrent la beauté des alentours, comme aussi le cours majestueux et la largeur du grand fleuve, qu’ils suivaient des yeux autant que leur vue pouvait s’étendre ; enfin l’impétuosité du saut où leurs barques étaient restées ; ce qui fut cause que Cartier, charmé des points de vue qu’il découvrait de là, nomma cette montagne le mont Royal, d’où est venu le nom de Montréal donné à l’île où cette petite montagne est assise. » [1]

  1. Faillon, Hist. de la Colonie, I, 17 et seq.