Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


PAUVRE PETIT !


Vous ne connaissez pas la lamentable histoire de ce petit Montréalais qui, au dix-septième siècle, paya de sa vie une fugue d’écolier !

L’événement est consigné dans un procès-verbal des archives judiciaires de Montréal (7 février 1686) et j’en extrais les brèves notes qui suivent.

Le lundi, 4 février 1686, à deux heures de relevée, Pierre Chesne, âgé de six ans et dix mois, fils aîné de Pierre Chesne, tailleur d’habits, quittait la demeure paternelle pour l’école. Mais au lieu de se rendre où il devait, l’enfant prit le chemin du coteau Saint-Louis, au-dessus de la chapelle Notre-Dame de Bon-Secours.

La bise mordait et l’enfant n’avait aux pieds que des sabots, n’importe, il allait devant lui, libre, et ne semblait pas embarrassé. Le meunier du coteau en l’apercevant lui demanda ce qu’il faisait, il