Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Montréal, en même temps que les commissaires.

C’est avec la plus grande difficulté que Mesplet put transporter à Montréal, tantôt en voitures, tantôt en bateaux plats, ses presses, ses caractères et son papier.

Il amenait avec lui sa femme, Maria Mirabeau, un « homme de lettres », Alexandre Pochard, engagé pour rédiger le journal qui devait être édité, deux imprimeurs, John Gray et un nommé Herse, puis un domestique. Le voyage dura près de deux mois, du 18 mars au 6 mai, et fut accidenté, car on pensa couler dans les rapides de Chambly. Néanmoins, Mesplet comptait que ses déboires étaient enfin finis. Hélas ! il n’avait pas prévu que sa guigne le poursuivrait partout et lui demeurerait fidèle jusqu’à la mort. Il était à peine installé que les commissaires reprenaient le chemin de leur pays et que l’armée américaine évacuait Montréal.

Les envahisseurs partis, les autorités canadiennes s’emparent de l’imprimeur, de son épouse et de son personnel et les logent en prison en qualité de rebelles. Ils ne furent remis en liberté qu’après vingt-six