Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


épouse qui ne l’a pas abandonné durant sa captivité et a tout fait pour réparer les fautes de son inconséquent mari.

Mais la guigne reparaît et Mesplet lutte contre les embarras financiers. Ayant présenté un compte au Congrès pour être remboursé de ses frais de déménagement et être dédommagé des pertes qu’il a subies durant son emprisonnement, les Américains ne lui accordent qu’une faible partie de la somme réclamée. Ses créanciers qui avaient toujours attendu ce règlement de compte dans l’espoir de rentrer dans leurs fonds, perdent alors espérance et patience et pratiquent des saisies sur les biens de leur débiteur. Ce dernier fait banqueroute, et obtient un arrangement.

En 1785, il fonda la Gazette de Montréal qui existe encore. Cette publication ne lui apporte pas le pactole et il continue de lutter contre la pénurie. Quatre ans plus tard, sa femme dévouée décède, âgée de quarante-trois ans seulement, n’ayant pu, sans doute, résister plus longtemps à l’inconduite de son mari, aux privations qu’elle a endurées et aux tribulations au milieu desquelles elle a dû vivre.

Ce dernier coup du sort va sans doute assagir le vieil imprimeur ? Pas du tout.