Page:Maupassant, Des vers, 1908.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Qu’un Dieu fit naître l’homme au-dessus de la bête,
C’est qu’il mit la pensée auguste dans sa tête,
Et que ce noble esprit progresse incessamment !
Mais voilà si longtemps que ce vieux monde existe,
Et la sottise humaine obstinément persiste !
Entre l’homme et le veau si mon cœur hésitait,
Ma raison saurait bien le choix qu’il faudrait faire !
Car je ne comprends pas, ô cuistres, qu’on préfère
La bêtise qui parle à celle qui se tait !