Page:Maupassant, Des vers, 1908.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Mais, comme elle entendait un pas suivre le sien,
Elle se retourna. C’était une merveille.
Il sentit en son cœur naître comme un lien
Et voulut lui parler, sachant bien que l’oreille

Est le chemin de l’âme. Ils furent séparés
Par un attroupement au détour d’une rue.
Lorsqu’il eut bien maudit les badauds désœuvrés
Et qu’il chercha sa dame, elle était disparue.

Il ressentit d’abord un véritable ennui,
Puis, comme une âme en peine, erra de place en place,
Se rafraîchit le front aux fontaines Wallace,
Et rentra se coucher fort avant dans la nuit.

Vous direz qu’il avait l’âme trop ingénue ;
Si l’on ne rêvait point, que ferait-on souvent ?
Mais n’est-il pas charmant, lorsque gémit le vent,
De rêver, près du feu, d’une belle inconnue ?

De ce moment si court, huit jours il fut heureux.
Autour de lui dansait l’essaim brillant des songes
Qui sans cesse éveillait en son cœur amoureux
Les pensers les plus doux et les plus doux mensonges.

Ses rêves étaient sots à dormir tout debout ;
Il bâtissait sans fin de grandes aventures.
Lorsque l’âme est naïve et qu’un sang jeune bout,
Notre espoir se nourrit aux folles impostures.