Page:Maupassant - Œuvres posthumes, I, OC, Conard, 1910.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
154
ŒUVRES POSTHUMES.

Mais elle lui prit les mains :

— Voyons, reste tranquille, mon chéri, si tu ris tant que ça, tu vas te faire du mal.

Et elle l’embrassa, doucement, sur les yeux.


Mme Lerebour n’a plus d’aigreurs. Par les nuits claires quelquefois, les deux époux vont, à pas furtifs, le long des massifs et des plates-bandes jusqu’à la petite serre au bout du jardin. Et ils restent là blottis l’un près de l’autre contre le vitrage comme s’ils regardaient au dedans une chose étrange et pleine d’intérêt.

Ils ont augmenté les gages de Céleste.

M. Lerebour a maigri.


La Serre a paru dans le Gil-Blas du mardi 26 juin 1883, sous la signature : Maufrigneuse.