Page:Maupassant Bel-ami.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


deux autres se formaient déjà au bord des paupières.

Il murmura : — Oh ! ne pleure pas, Clo, ne pleure pas, je t’en supplie. Tu me fends le cœur.

Alors, elle fit un effort, un grand effort pour être digne et fière ; et elle demanda avec ce ton chevrotant des femmes qui vont sangloter :

— Qui est-ce ?

Il hésita une seconde, puis, comprenant qu’il le fallait : — Madeleine Forestier.

Mme de Marelle tressaillit de tout son corps, puis elle demeura muette, songeant avec une telle attention qu’elle paraissait avoir oublié qu’il était à ses pieds.

Et deux gouttes transparentes se formaient sans cesse dans ses yeux, tombaient, se reformaient encore.

Elle se leva. Duroy devina qu’elle allait partir sans lui dire un mot, sans reproches et sans pardon ; et il en fut blessé, humilié au fond de l’âme. Voulant la retenir, il saisit à pleins bras sa robe, enlaçant à travers l’étoffe ses jambes rondes qu’il sentit se roidir pour résister.

Il suppliait : — Je t’en conjure, ne t’en va pas comme ça. Alors elle le regarda, de haut en bas, elle le regarda