Page:Maupassant Bel-ami.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il lui coupa la parole dans un mouvement d’impatience dont il ne fut pas maître.

— Ah ! tu sais, Charles commence à m’embêter. C’est toujours Charles par-ci, Charles par-là. Charles aimait ci, Charles aimait ça. Puisque Charles est crevé, qu’on le laisse tranquille.

Madeleine regardait son mari avec stupeur, sans rien comprendre à cette colère subite. Puis, comme elle était fine, elle devina un peu ce qui se passait en lui, ce travail lent de jalousie posthume grandissant à chaque seconde par tout ce qui rappelait l’autre.

Elle jugea cela puéril, peut-être, mais elle fut flattée et ne répondit rien.

Il s’en voulut, lui, de cette irritation, qu’il n’avait pu cacher. Or, comme ils faisaient, ce soir-là, après dîner, un article pour le lendemain, il s’embarrassa dans la chancelière. Ne parvenant point à la retourner, il la rejeta d’un coup de pied, et demanda en riant :

— Charles avait donc toujours froid aux pattes ?

Elle répondit, riant aussi : — Oh ! il vivait dans la terreur des rhumes ; il n’avait pas la poitrine solide.

Du Roy reprit avec férocité : — Il l’a bien prouvé, d’ailleurs. — Puis il ajouta avec galanterie : — Heureusement pour moi. — Et il baisa la main de sa femme.