Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MÉTELLA, bas, pendant que le baron s’éloigne.

Garçon !


URBAIN.

Madame !


MÉTELLA.

Tout à l’heure, une dame masquée viendra me demander… Dès qu’elle sera venue, vous m’avertirez.


URBAIN.

Ça suffit !

Il sort en reprenant à demi-voix le refrain : Fermons les yeux.


Scène V

MÉTELLA, LE BARON.



LE BARON.

Ah ! Métella…


MÉTELLA, préoccupée.

Laissez-moi un instant…


LE BARON.

Qu’est-ce que vous avez ?


MÉTELLA.

Quelque chose que je cherche et que je ne peux pas… Je viens de rencontrer un jeune homme…


LE BARON.

Un jeune homme ?…


MÉTELLA.

Oui, c’est très-singulier. Je me souviens que je l’ai aimé à folie, et je ne peux pas me rappeler son nom.


LE BARON.

Oh ! oh !


MÉTELLA.

Je vous ai fâché ?…


LE BARON.

Non… mais…