Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène IV


GARDEFEU, seul.

Je leur ai dit qu’ils étaient au Grand-Hôtel, et je les ai amenés chez moi. Elle est très-jolie, la Suédoise, et je la tiens. L’important est de la garder. Où en sont-ils, ce mari et cette femme ? Je vais risquer une épreuve.

Entrent le baron, la baronne, Alphonse et une femme de chambre.


Scène V

GARDEFEU, LE BARON, LA BARONNE, ALPHONSE, UNE FEMME DE CHAMBRE.



LE BARON.

C’est très-bien ici… c’est très-bien…


GARDEFEU.

Alphonse ?


ALPHONSE.

Monsieur ?


GARDEFEU, à Alphonse.

Prenez les bagages qui sont à monsieur, et portez-les là… Ce sera votre chambre, monsieur le baron.

Il désigne une porte à gauche.


LE BARON.

Très-bien.

Alphonse sort.


GARDEFEU, à la femme de chambre, désignant une porte à droite.

Et vous, mademoiselle, faites porter là ce qui est à madame… Ce sera votre chambre, madame ! Ici, M. le baron, et là, madame la baronne.

La femme de chambre sort.


LE BARON.

Parfaitement.