Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE BARON.
––––––––Prenez mon bras, madame.

PAULINE.
––––––––Je le veux bien, baron.

PROSPER.
––––––––Souffrez que je réclame.

CLARA.
––––––––Je ne vous dis pas non.

BOBINET.
––––––––La comtesse est exquise.

LÉONIE.
––––––––Taisez-vous, amiral.

URBAIN.
––––––––M’acceptez-vous, marquise ?

GABRIELLE.
––––––––Comment donc ! général.

ENSEMBLE.
––––––Ne nous lançons pas trop vite, etc., etc.

On s’assied.


BOBINET.
––––––Traçons notre plan de campagne

A Urbain.

––––––Chez vous, en quoi se grise-t-on ?

URBAIN.
––––––En Bourgogne ?

BOBINET, à Prosper.
––––––En Bourgogne ? Et vous ?

PROSPER.
––––––En Bourgogne ? Et vous ? En Champagne.

BOBINET, à Pauline.
––––––Et vous ?

PAULINE.
––––––Et vous ? En Bordeaux.

BOBINET.
––––––Et vous ? En Bordeaux. Et le baron.

LE BARON.
––––––En tout, en tout, moi je me grise en tout.