Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
184
sonnets


À l’époque païenne où Narcisse chemine,
Amoureux de ses pieds d’ivoire, au bord de l’eau,
La Grèce eût reconnu, voyant ta belle mine,
Le frère de Diane ou la sœur d’Apollo !

Mais ces fronts éclatants de lueurs souveraines,
Les Dieux, sont en mépris, les Dieux sont au tombeau ;
Le nocher n’ouït plus la chanson des Sirènes,

Le ceste de Vénus est un vague lambeau ;
Toi seul, posthume enfant des époques sereines,
Tu portes fièrement la honte d’être beau !