Page:Michelet - Histoire de France - Lacroix 1880 tome 1.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

adoptif de l’Espagnol[1] Marc-Aurèle. Le caractère sophistique de tous ces empereurs philosophes et rhéteurs tient à leurs liaisons avec la Gaule, au moins autant qu’à leur prédilection pour la Grèce. Adrien avait pour ami le sophiste d’Arles, Favorinus, le maître d’Aulu-Gelle, cet homme bizarre, qui écrivit un livre contre Épictète, un éloge de la laideur, un panégyrique de la fièvre quarte. Le principal maitre de Marc-Aurèle fut le Gaulois M. Cornelius Fronto, qui, d’après leur correspondance, parait l’avoir dirigé bien au delà de l’âge où l’on suit les leçons des rhéteurs.

Gaulois par sa naissance[2], Syrien par sa mère, Africain par son père, Caracalla présente ce discordant mélange de races et d’idées qu’offrait l’Empire à cette époque. En un même homme, la fougue du Nord, la férocité du Midi, la bizarrerie des croyances orientales, c’est un monstre, une Chimère. Après l’époque philosophique et sophistique des Antonins, la grande pensée de l’Orient, la pensée de César et d’Antoine s’était réveillée, ce mauvais rêve qui jeta dans le délire tant d’empereurs, et Caligula, et Néron, et Commode ; tous possédés, dans la vieillesse du monde, du jeune souvenir d’Alexandre et d’Hercule. Caligula, Commode, Caracalla, semblent s’être crus des incarnations de ces deux héros. Ainsi les califes fatimites et les modernes lamas du Thibet se sont révérés eux-mêmes comme dieux. Cette idée, si ridicule au point de vue grec et occidental, n’avait rien de surprenant

  1. Leurs familles, du moins, étaient originaires d’Espagne.
  2. Né à Lyon.