Page:Michelet - OC, Histoire de France, t. 3.djvu/410

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
400
HISTOIRE DE FRANCE

Il lui fallait au plus vite de l’argent pour envahir l’Espagne et l’Italie, pour recommencer les fameuses victoires de Charles d’Anjou.

Nîmes se souleva (1378) ; mais, se voyant seule, elle se soumit. Le duc d’Anjou aggrava encore les impôts. Il mit, au mois de mars 1379, un monstrueux droit de cinq francs et dix gros sur chaque feu. Au mois d’octobre, nouvelle taxe de douze francs d’or par an, d’un franc par mois. Pour celle-ci, la levée en était impossible. La province était tellement ruinée, qu’en trente ans la population se trouvait réduite de cent mille familles à trente mille. Les consuls de Montpellier refusèrent de percevoir le dernier impôt. Le peuple massacra les gens du duc d’Anjou. Clermont-Lodève en fit autant. Mais les autres villes ne bougèrent. Les gens de Montpellier effrayés reçurent le prince à genoux, et attendirent ce qu’il déciderait de leur sort. La sentence fut effroyable. Deux cents citoyens devaient être brûlés vifs, deux cents pendus, deux cents décapités, dix-huit cents notés d’infamie et privés de tous leurs biens. Tous les autres étaient frappés d’amendes ruineuses l.

On obtint avec peine du duc d’Anjou qu’il adoucît la sentence. Charles V sentit la nécessité de lui ôter le Languedoc. Il envoya des commissaires pour y réformer les abus. Au reste, dans les instructions qu’il leur donne, il n’y a pas trace d’un sentiment d’homme ou de roi. Il n’est préoccupé que des intérêts du fisc et du

. App. 271.