Page:Michelet - OC, Histoire de la Révolution française, t. 4.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LIVRE VIII



CHAPITRE PREMIER

LE MONDE SE DONNE A LA FRANCE. — LA VENDÉE CONTRE LA FRANCE (SEPTEMBRE-NOVEMBRE 1792).


Élan universel du monde vers la France. — Facile conquête de Nice. — La Savoie se donne à la France, fin de septembre. — Les populations du Rhin appellent la France. — Spire, Worms, Mayence, septembre-octobre. — Lille bombardée repousse les Autrichiens, 6 octobre. — La France conquérante malgré elle. — Les peuples délivrés veulent être Français. — La France ne les accepte que pour les sauver. — Elle trouve un ennemi dans son sein. — Ingratitude de la Vendée. — Son premier combat, 24-25 août. — Partialité de la Révolution pour le paysan, 25 août. — La Révolution plus chrétienne que la Vendée.


La Convention avait dressé, le 21 septembre, au pavillon des Tuileries, le drapeau de la République. Deux mois n’étaient pas écoulés, et tous les peuples environnants l’avaient embrassé, ce drapeau, planté sur les tours de leurs villes.

Les 24 et 29 septembre, Chambéry, Nice, ouvrent leurs portes, la porte de l’Italie. Mayence, le 24 octobre, reçoit nos armées, aux applaudissements de l’Allemagne. Le 14 novembre, le drapeau tricolore