Page:Michelet - OC, La Montagne, L’Insecte.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
400
L’INSECTE

où tous les genres sont mêlés ; — moins que cela, le scarabée de pourpre glorifié dans son lis ; — ou la verte chrysomèle, que ce matin j’ai trouvée sensuellement blottie au fond d’une rose.

Est-ce à dire qu’il faille copier ? Point du tout. Ces êtres vivants, et dans leur robe d’amour, par cela seul ont une grâce, je dirai une auréole animée, qu’on ne traduit pas. Il faut les aimer seulement, les contempler, s’en inspirer, en tirer des formes idéales, et des iris toutes nouvelles, de surprenants bouquets de fleurs. Ainsi transformés, ils seront, non pas tels que dans la Nature, mais fantastiques et merveilleux, comme l’enfant qui les désire les vit en dormant, ou la fille amoureuse d’une belle parure, ou comme la jeune femme enceinte dans ses envies les a rêvés.