Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
107
LES VENDÉENNES EN 90 ET 91

du cœur, celle qui influe profondément, le prêtre n’eût reçu, saisi avec bonheur les bienfaits de la Révolution. Fonctionnaire à traitement fixe et suffisant pour la famille, il eût trouvé bientôt, dans le progrès naturel du nouvel ordre de choses, son affranchissement véritable, la faculté de faire du concubinat un mariage. La gouvernante n’en était pas indigne. Malheureusement, quel que soit son mérite, elle est généralement plus âgée que le prêtre, ou de figure laide et vulgaire. Fût-elle jeune et belle, le cœur du prêtre ne lui resterait pas. Son cœur, qu’on le sache bien, n’est pas au presbytère ; il est au confessionnal[1]. La gouvernante est sa vie quotidienne et vulgaire, sa prose. La pénitente est sa poésie c’est avec elle qu’il a ses rapports de cœur, intimes et profonds.

Et ces rapports ne sont nulle part plus forts que dans l’Ouest.

Sur nos frontières du Nord, dans toutes ces contrées

  1. Cette religion, née du cœur de la femme (ce fut le charme de son berceau), va, en sa décadence, s’absorbant dans la femme. Ses docteurs sont insatiables dans les recherches sur le mystère du sexe. Cette année même (1849), quelle matière le concile de Paris a-t-il fouillée, approfondie ! Une seule, la Conception. — Ne cherchez point le prêtre dans les sciences ou les lettres ; il est au confessionnal, et il s’y est perdu. Que voulez-vous que devienne un pauvre homme à qui tous les jours cent femmes viennent raconter leur cœur, leur lit, tous leurs secrets ? Les saints mystères de la nature, qui, vus de face, au jour de Dieu, de l’œil austère de la science, agrandiraient l’esprit, l’affaiblissent et l’énervent quand on les surprend ainsi au demi-jour des confidences sensuelles. L’agitation fiévreuse, les jouissances commencées, plus ou moins éludées, recommencées sans cesse, stérilisent l’homme sans retour (je recommande cet important sujet au philosophe et au médecin). Il peut garder les petites facultés d’intrigue et de manège, mais les grandes facultés viriles, surtout l’invention, ne se développent jamais dans cet état maladif ; elles veulent l’état sain, naturel, légitime et loyal. Depuis cent cinquante ans surtout, depuis que le Sacré-Cœur, sous son voile d’équivoques, a rendu si aisé ce jeu fatal, le prêtre s’y est énerve et n’a plus rien produit ; il est resté eunuque dans les sciences.