Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
110
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

vivantes qu’il avait dans la terre ; elles saignaient, criaient.

« Hélas ! mené si loin, traîné au chef-lieu, à douze, à quinze, à vingt lieues du village !… » On pleurait ce lointain exil. Dans l’extrême lenteur des voyages d’alors, lorsqu’on mettait deux jours pour franchir une telle distance, elle affligeait bien plus. Le chef-lieu, c’était le bout du monde. Pour faire un tel voyage, on faisait son testament, on mettait ordre à sa conscience.

Qui peut dire les scènes douloureuses de ces départs forcés ? Tout le village assemblé, les femmes agenouillées pour recevoir encore la bénédiction, noyées de larmes, suffoquées de sanglots ?… Telle pleurait jour et nuit. Si le mari s’en étonnait un peu, ce n’était pas pour l’exil du curé qu’elle pleurait, c’était pour telle église qu’on allait vendre, tel couvent qu’on allait fermer… Au printemps de 92, les nécessités financières de la Révolution firent décider enfin la vente des églises qui n’étaient pas indispensables au culte, celles des couvents d’hommes et de femmes. Une lettre d’un évêque émigré, datée de Salisbury, adressée aux Ursulines de Landerneau, fut interceptée, et constata de manière authentique que le centre et le foyer de toute l’intrigue royaliste étaient dans ces couvents. Les religieuses ne négligèrent rien pour donner à leur expulsion un éclat dramatique ; elles s’attachèrent aux grillages, ne voulurent point sortir que les officiers municipaux, forcés eux-mêmes d’obéir à la loi et responsables de son exécution, n’eussent arraché les grilles de leurs mains.