Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
139
Mme ROLAND

tomba sur l’hameçon avec l’âpreté du requin ; quand on jette au poisson vorace du bois, des pierres ou du fer, il avale indifféremment. Chabot était fort léger, gobe-mouche, s’il en fut, avec de l’esprit ; peu de sens, encore moins de délicatesse ; il se dépêcha de croire, se garda bien d’examiner. La Convention perdit tout un jour à examiner elle-même, à se disputer, s’injurier. On fit au Viard l’honneur de le faire venir, et l’on entrevit fort bien que le respectable témoin produit par Chabot et Marat était un espion, qui probablement travaillait pour tous les partis. On appela, on écouta Mme Roland, qui toucha toute l’Assemblée par sa grâce et sa raison, ses paroles pleines de sens, de modestie et de tact. Chabot était accablé. Marat, furieux, écrivit le soir dans sa feuille que le tout avait été arrangé par les rolandistes pour mystifier les patriotes et les rendre ridicules.

Au 2 juin, quand la plupart des Girondins s’éloignèrent ou se cachèrent, les plus braves, sans comparaison, ce furent les Roland, qui jamais ne daignèrent découcher ni changer d’asile. Mme Roland ne craignait ni la prison ni la mort ; elle ne redoutait rien qu’un outrage personnel, et, pour rester toujours maîtresse de son sort, elle ne s’endormait pas sans mettre un pistolet sous son chevet. Sur l’avis que la Commune avait lancé contre Roland un décret d’arrestation, elle courut aux Tuileries, dans l’idée héroïque (plus que raisonnable) d’écraser les accusateurs, de foudroyer la Montagne de son éloquence et de son courage, d’arracher a l’Assemblée la liberté de son époux. Elle fut elle-même arrêtée dans la nuit.