Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

elle qui eut la gloire de la détruire. C’est elle qui saisit l’imagination populaire de haine et d’horreur pour la prison du bon plaisir, qui avait enfermé tant de martyrs de la foi ou de la pensée. La faible main d’une pauvre femme isolée brisa en réalité la hautaine forteresse, en arracha les fortes pierres, les massives grilles de fer, en rasa les tours.