Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
170
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

foyer, y pénétrer à travers la surveillance inquiète de ceux qui l’entouraient ; il fallait, chose pénible, entrer en rapport avec lui, le tromper. C’est la seule chose qui lui ait coûté, qui lui ait laissé un scrupule et un remords.

Le premier billet qu’elle écrivit à Marat resta sans réponse. Elle en écrivit alors un second, où se marque une sorte d’impatience, le progrès de la passion.

Elle va jusqu’à dire « qu’elle lui révélera des secrets ; qu’elle est persécutée, qu’elle est malheureuse… », ne craignant point d’abuser de la pitié pour tromper celui qu’elle condamnait à mort comme impitoyable, comme ennemi de l’humanité.

Elle n’eut pas besoin, du reste, de commettre cette faute ; elle ne remit point le billet.

Le soir du 13 juillet, à sept heures, elle sortit de chez elle, prit une voiture publique à la place des Victoires, et, traversant le Pont-Neuf, descendit à la porte de Marat, rue des Cordeliers, n° 20 (aujourd’hui rue de l’École-de-Médecine, n° 18). C’est la grande et triste maison avant celle de la tourelle qui fait le coin de la rue.

Marat demeurait à l’étage le plus sombre de cette sombre maison, au premier étage, commode pour le mouvement du journaliste et du tribun populaire, dont la maison est publique autant que la rue, pour l’affluence des porteurs, afficheurs, le va-et-vient des épreuves, un monde d’allants et venants. L’intérieur, l’ameublement présentaient un bizarre contraste, fidèle image des dissonances qui caractérisaient Marat et sa destinée. Les pièces fort obscures