Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
186
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

plus puissante et plus séduisante. Le jeune homme qui rêve un grand coup, qu’il s’appelle Alibaud ou Sand, de qui rêve-t-il maintenant ? Qui voit-il dans ses rêves ? est-ce le fantôme de Brutus ? Non, la ravissante Charlotte, telle qu’elle fut dans la splendeur sinistre du manteau rouge, dans l’auréole sanglante du soleil de juillet, dans la pourpre du soir.