Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LIVRE IV



XXII

LA DÉESSE DE LA RAISON (10 NOVEMBRE 93)


J’ai connu en 1816 Mlle Dorothée… qui, dans je ne sais quelle ville, avait représenté la Raison aux fêtes de 93. C’était une femme sérieuse et d’une vie toujours exemplaire. On l’avait choisie pour sa grande taille et sa bonne réputation. Elle n’avait jamais été belle, et, de plus, elle louchait.

Les fondateurs du nouveau culte, qui ne songeaient nullement à l’avilir, recommandent expressément, dans leurs journaux, à ceux qui voudront faire la fête en d’autres villes, de choisir pour remplir un rôle si auguste, des personnes dont le caractère rende la beauté respectable, dont la sévérité de mœurs et de regards repousse la licence et remplisse les cœurs de sentiments honnêtes et purs. Ce furent généralement des demoiselles de familles estimées qui, de gré ou de force, durent représenter la Raison.