Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/213

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXIII

CULTE DES FEMMES POUR ROBESPIERRE


Une chose qui peut étonner, c’est qu’un homme aussi austère d’apparence que Robespierre, cet homme volontairement pauvre, d’une mise soignée, exacte, mais uniforme et médiocre, d’une simplicité calculée, ait été tellement aimé, recherché des femmes.

À cela il n’y a qu’une réponse, et c’est tout le secret du culte dont il fut l’objet : Il inspirait confiance.

Les femmes ne haïssent nullement les apparences sévères et graves. Victimes si souvent de la légèreté des hommes, elles se rapprochent volontiers de celui qui les rassure. Elles supposent instinctivement que l’homme austère, en général, est celui qui gardera le mieux son cœur pour une personne aimée.

Pour elles, le cœur est tout. C’est à tort qu’on croit, dans le monde, qu’elles ont besoin d’être amusées. La rhétorique sentimentale de Robespierre