Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXV

LUCILE DESMOULINS (AVRIL 94)


L’Assemblée, constituante avait ordonné qu’en chaque commune, dans la salle municipale où se faisaient les mariages, les déclarations de naissance et de mort, il y aurait un autel.

Les, trois moments pathétiques de la destinée humaine se trouvant ainsi consacrés à l’autel de la Commune, et les religions de la famille unies à celles de la Patrie, cet autel fût bientôt devenu le seul, et la municipalité eût été le temple.

Le conseil de Mirabeau eût été suivi : « Vous n’aurez rien fait, si vous ne -christianisez la Révolution. »

Plusieurs ouvriers du faubourg Saint-Antoine, en 93, déclarèrent, qu’ils ne croyaient pas leurs mariages légitimes, s’ils n’étaient consacrés à la Commune par le magistrat.

Camille Desmoulins, en 91, se maria à Saint-Sulpice selon le rit catholique ; la famille de sa