Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
250
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

qu’à la maison Duplay, en face de l’Assomption, toute la rue Saint-Honoré vibrait de leurs cris : les vitres en tremblaient. La Grande colère du Père Duchesne semblait revenue triomphante dans leurs mille gueules effrénées et dans leurs bouches tordues.