Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
290
LES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION

Morts et vivants, ils les mêle ensemble dans une couronne, pensant qu’en réalité il n’y a point de mort, et qu’on ne meurt pas, mais qu’une même société humaine vit, identique à elle-même, par le cœur et le souvenir.