Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
346
LES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION

avait écrit à sa mère ces mots d’héroïque douceur : « Grâce à Dieu, mon sang vient de couler ; ma mère, vous serez libre. »

L’injustice est bientôt reconnue. Desaix avec simplicité retourne au Rhin.