Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


HOCHE


I


COMMENCEMENTS


I


Dans une des visites que j’ai eu l’honneur de faire à la veuve de celui qui fut depuis le général Hoche[1], j’ai vu de lui une miniature douce et forte, si bien équilibrée de qualités diverses, qu’elle échappe à toute description.

Hoche était fort grand, il avait cinq pieds huit pouces il portait la tête très haute. Il était un peu mince pour sa taille, et peut-être un peu serré des épaules. Il avait une activité prodigieuse, terrible, qu’ont rarement les hommes de grande taille. Son geste habituel, un peu bizarre, mais qu’expliquent assez les difficultés, les contradictions qui traversè-

  1. Restée veuve à dix-neuf ans, elle a été gardée de toute affection nouvelle par la religion de ce grand souvenir.