Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
432
LES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION

avait besoin d’être soutenue d’un grand sacrifice. Ils crurent qu’il fallait des victimes à la liberté, et ils se sentirent désignés d’en haut.

La devise de la jeune Italie est d’une éloquence sombre : « Maintenant et toujours » (ora e sempre). La branche de cyprès transmise aux affiliés leur en traduit le sens. Toujours ! Pour qu’il soit toujours vert, ce cyprès des anciens martyrs, il faut qu’incessamment coule au pied le sang de leurs fils.

L’Italie reçut ainsi un enseignement nouveau, exactement opposé à celui des politiques le mépris du succès, l’utilité des revers, le profit des tentatives qu’on dit avortées. Elle apprit que les hommes dévoués servent souvent mieux leur cause par l’effusion de leur sang qu’ils n’auraient fait par la victoire.

Voilà la noble leçon que donnèrent les Bandiera, et comment l’Italie, élevée au-dessus d’elle-même, entra dans le sentiment d’une moralité nouvelle. Ce peuple plein d’âme et de génie sentit ce grand mystère, la vertu du sang librement versé.

Profond fut le silence. Mais tous furent transformés, tous placèrent leur pensée plus haut que la victoire même, dans une sphère de sainteté. Et le lendemain même, ils vainquirent, Belle justice de Dieu !