Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



V

LES FEMMES À LA FÉDÉRATION (1790)


« Ainsi finit le meilleur jour de notre vie. » Ce mot, que les fédérés d’un village écrivent le soir de cette grande fête nationale à la fin de leur procès-verbal, j’ai été tenté de l’écrire moi-même, lorsqu’en 1847 j’achevai le récit des fédérations. Rien de semblable ne reviendra pour moi. J’ai eu ma part en ce monde, puisque le premier j’ai eu le bonheur de retrouver dans les actes, de reproduire dans mes récits, ces grandes communions du peuple.

Les fédérations de provinces, de départements, de villes et villages, eurent soin de consigner elles-mêmes et de narrer leur histoire. Elles l’écrivaient à leur mère, l’Assemblée nationale, fidèlement, naïvement, dans une forme bien souvent grossière, enfantine ; elles disaient comme elles pouvaient ; qui savait écrire écrivait. On ne trouvait pas toujours dans les campagnes le scribe habile qui fût digne de consigner ces choses à la mémoire. La bonne volonté