Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
49
LES FEMMES À LA FÉDÉRATION

Partout, le vieillard à la tête du peuple, siégeant à la première place, planant sur la foule. Et, autour de lui, les filles, comme une couronne de fleurs. Dans toutes ces fêtes, l’aimable bataillon marche en robe blanche, ceinture à la nation (cela voulait dire tricolore). Ici, l’une d’elles prononce quelques paroles nobles, charmantes qui feront des héros demain. Ailleurs (dans la procession civique de Romans en Dauphiné), une belle fille marchait, tenant à la main une palme, et cette inscription : Au meilleur citoyen ! … Beaucoup revinrent bien rêveurs.

Le Dauphiné, la sérieuse, la vaillante province qui ouvrit la Révolution, fit des fédérations nombreuses et de la province entière, et de villes, et de villages. Les communes rurales de la frontière, sous le vent de la Savoie, à deux pas des émigrés, labourant près de leurs fusils, n’en firent que plus belles fêtes. Bataillon d’enfants armés, bataillon de femmes armées, autre de filles armées. À Maubec, elles défilaient en bon ordre, le drapeau en tête, tenant, maniant l’épée nue, avec cette vivacité gracieuse qui n’est qu’aux femmes de France.

J’ai dit ailleurs l’héroïque initiative des femmes et filles d’Angers ; elles voulaient partir, suivre la jeune armée d’Anjou, de Bretagne, qui se dirigeait sur Rennes, prendre leur part de cette première croisade de la liberté, nourrir les combattants, soigner les blessés. Elles juraient de n’épouser jamais que de loyaux citoyens, de n’aimer que les vaillants, de n’associer leur vie qu’à ceux qui donnaient la leur à la France.

Elles inspiraient ainsi l’élan dès 88. Et maintenant