Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
48
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

les manuscrits de sa Julie… Autres ne furent les pensées de nos pères, leurs soins, leurs inquiétudes, lorsque, des objets passagers, imparfaits, l’amour s’éleva en eux à cette beauté éternelle !

Dans ces essais primitifs de la religion nouvelle, toutes les vieilles choses connues, tous les signes du passé, les symboles vénérés jadis, ou pâlissent ou disparaissent. Ce qui en reste, par exemple, les cérémonies du vieux culte, appelé pour consacrer ces fêtes nouvelles, on sent que c’est un accessoire. Il y a dans ces immenses réunions, où le peuple de toute classe et de toute communion ne fait plus qu’un même cœur, une chose plus sacrée qu’un autel. Aucun culte spécial ne prête de sainteté à la chose sainte entre toutes : l’homme fraternisant devant Dieu.

Tous les vieux emblèmes pâlissent, et les nouveaux qu’on essaye ont peu de signification. Qu’on jure sur le vieil autel, devant le Saint-Sacrement, qu’on jure devant la froide image de la Liberté abstraite, le vrai symbole se trouve ailleurs. C’est la beauté, la grandeur, le charme éternel de ces fêtes : le symbole y est vivant.

Ce symbole pour l’homme, c’est l’homme. Tout le monde de convention s’écroulant, un saint respect lui revient pour la vraie image de Dieu. Il ne se prend pas pour Dieu ; nul vain orgueil. Ce n’est point comme dominateur ou vainqueur, c’est dans des conditions tout autrement graves et touchantes que l’homme apparaît ici. Les nobles harmonies de la famille, de la nature, de la patrie, suffisent pour remplir ces fêtes d’un intérêt religieux, pathétique.