Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
6
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

forma les armées invincibles de la République, les Kléber et tant d’autres.

La richesse de ces deux moments, ce luxe singulier de forces qui surgissent tout à coup, est-ce un hasard ? Selon nous, il n’y a nul hasard en ce monde.

Non, la cause naturelle et très simple du phénomène, c’est la sève exubérante dont ce moment déborda.

La première date (1760 environ), c’est l’aube de Rousseau, le commencement de son influence, au premier et puissant effet du livre d’Émile, la vive émotion des mères qui veulent allaiter et se serrent au berceau de leur enfant.

La seconde date est le triomphe des idées du siècle, non seulement par la connaissance universelle de Rousseau, mais par la victoire prévue de ses idées dans les lois, par les grands procès de Voltaire, par ses sublimes défenses de Sirven, Calas et La Barre. Les femmes se turent, se recueillirent sous ces émotions puissantes, elles couvèrent le salut à venir. Les enfants à cette heure portent tous un signe au front.

Puissantes générations sorties des hautes pensées d’un amour agrandi, conçues de la flamme du ciel, liées du moment sacré, trop court, où la femme, à travers la passion, entrevit, adora l’Idée.

Le commencement fut beau. Elles entrèrent dans les pensées nouvelles par celle de l’éducation, par les espérances, les vœux de la maternité, par toutes les questions que l’enfant soulève dès sa naissance en un cœur de femme, que dis-je ? dans un cœur de