Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
79
Mme DE CONDORCET

C’est du moins la seule explication qu’on puisse trouver à cette fuite du proscrit, qui lui fit quitter son asile.

Dire, comme on a fait, que Condorcet sortit de Paris uniquement pour voir la campagne et séduit par le printemps, c’est une étrange explication, invraisemblable et peu sérieuse.

Pour comprendre, il faut voir la situation de cette famille.

Mme de Condorcet, belle, jeune et vertueuse, épouse de l’illustre proscrit, qui eût pu être son père, s’était trouvée, au moment de la proscription et du séquestre de ses biens, dans un complet dénuement. Ni l’un ni l’autre n’avaient les moyens de fuir. Cabanis, leur ami, s’adressa à deux élèves en médecine, célèbres depuis, Pinel et Boyer. Condorcet fut mis par eux dans un lieu quasi public, chez une dame Vernet, près du Luxembourg, qui prenait quelques pensionnaires pour le logis et la table. Cette dame fut admirable. Un Montagnard qui logeait dans la maison se montra bon et discret, rencontrant Condorcet tous les jours, sans vouloir le reconnaître. Mme de Condorcet logeait à Auteuil, et chaque jour venait à Paris à pied. Chargée d’une sœur malade, de sa vieille gouvernante, embarrassée d’un jeune enfant, il lui fallait pourtant vivre, faire vivre les siens. Un jeune frère du secrétaire de Condorcet tenait pour elle, rue Saint-Honoré, n° 352 (à deux pas de Robespierre), une petite boutique de lingerie. Dans l’entre-sol au-dessus de la boutique, elle faisait des portraits. Plusieurs des puissants du moment venaient se faire peindre. Nulle industrie ne prospéra davantage sous