Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XI

SOCIÉTÉS DE FEMMES
OLYMPES DE GOUGES. — ROSE LACOMBE


Les Jacobins s’appelant Amis de la Constitution, la Société qui se réunissait au-dessous de leur salle s’intitulait Société fraternelle des patriotes des deux sexes défenseurs de la Constitution. Elle avait pris une forte consistance en mai 91. Dans une grande occasion, où elle proteste contre les décrets de l’Assemblée constituante, elle tire son appel à trois mille. Elle reçoit, vers cette époque, un membre illustre, Mme Roland, alors en voyage à Paris.

Nous savons, peu, malheureusement, l’histoire des sociétés de femmes. C’est dans les mentions accidentelles de journaux, dans les biographies, etc., qu’on en recueille quelques légères traces.

Plusieurs de ces sociétés furent fondées vers 90 et 91 par la brillante improvisatrice du Midi, Olympe de Gouges, qui, comme Lope de Vega, dictait une tragédie par jour. Elle était fort illettrée ; on a dit