Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
87
SOCIÉTÉS DE FEMMES

même qu’elle ne savait ni lire ni écrire. Elle était née à Montauban (1755) d’une revendeuse à la toilette et d’un père marchand, selon les uns, selon d’autres homme de lettres. Quelques-uns la croyaient bâtarde de Louis XV. Cette femme infortunée, pleine d’idées généreuses, fut le martyr, le jouet de sa mobile sensibilité. Elle a fondé le droit des femmes par un mot juste et sublime « Elles ont bien le droit de monter à la tribune, puisqu’elles ont celui de monter à l’échafaud. »

Révolutionnaire en juillet 89, elle fut royaliste au 6 octobre, quand elle vit le roi captif à Paris. Républicaine en juin 91, sous l’impression de la fuite et de la trahison de Louis XVI, elle lui redevint favorable quand on lui fit son procès. On raillait son inconséquence, et, dans sa véhémence méridionale, elle proposait aux railleurs des duels au pistolet.

Le parti de La Fayette contribua surtout à la perdre, en la mettant à la tête d’une fête contre-révolutionnaire. On la fit agir, écrire dans plus d’une affaire que sa faible tête ne comprenait pas. Mercier et ses autres amis lui conseillaient en vain de s’arrêter, toujours elle allait, comptant sur la pureté de ses intentions ; elle les expliqua au public dans un très noble pamphlet, la Fierté de l’innocence. La pitié lui fut mortelle. Quand elle vit le roi à la barre de la Convention, républicaine sincère, elle n’offrit pas moins de le défendre. L’offre ne fut pas acceptée ; mais dès lors elle fut perdue.

Les femmes, dans leurs dévouements publics où elles bravent les partis, risquent bien plus que les