Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
88
LES FEMMES DE LA RÉVOLUTION

hommes. C’était un odieux machiavélisme de ce temps de mettre la main sur celles dont l’héroïsme pouvait exciter l’enthousiasme, de les rendre ridicules par ces outrages que la brutalité inflige aisément à un sexe faible. Un jour, saisie dans un groupe, Olympe est prise par la tête ; un brutal tient cette tête serrée sous le bras, lui arrache le bonnet ses cheveux se déroulent… pauvres cheveux gris, quoiqu’elle n’eût que trente-huit ans le talent et la passion l’avaient consumée. « Qui veut la tête d’Olympe pour quinze sous ? » criait le barbare. Elle, doucement, sans se troubler : « Mon ami, dit-elle, mon ami, j’y mets la pièce de trente. » On rit, et elle échappa.

Ce ne fut pas pour longtemps. Traduite au tribunal révolutionnaire, elle eut l’affreuse amertume de voir son fils la renier avec mépris. Là, la force lui manqua. Par une triste réaction de la nature dont les plus intrépides ne sont pas toujours exempts, amollie et trempée de larmes, elle se remit à être femme, faible, tremblante, à avoir peur de la mort. On lui dit que des femmes enceintes avaient obtenu un ajournement du supplice. Elle voulut, dit-on, l’être aussi. Un ami lui aurait rendu, en pleurant, le triste office, dont on prévoyait l’inutilité. Les matrones et les chirurgiens consultés par le tribunal furent assez cruels pour dire que, s’il y avait grossesse, elle était trop récente pour qu’on pût la constater.

Elle reprit tout son courage devant l’échafaud, et mourut en recommandant à la patrie sa vengeance et sa mémoire.