Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


invasion. S’il faut l’en croire, la fille de Koubilaï, roi des Tartares (connu par les mémoires de Marco Polo), ayant entendu parler des merveilles de l’Occident, voulut voir l’Europe. Elle part, se dirige vers l’Allemagne. Les Allemands, séduits par sa beauté et ses richesses, l’attaquent dans une forêt, la dépouillent et la tuent. Son père, pour la venger, se met à la tête de toute l’Asie, envahit la Russie et la Pologne et menace l’Allemagne. Ici le poëte dépeint la terreur des rois chrétiens qui réunissent leurs troupes. Bientôt les deux armées se trouvent en présence (probablement à la bataille de Lignitz).

Les Tartares passaient chez les Slaves pour sorciers ; ce qui explique cette réputation, c’est qu’ils se servaient de la poudre et lançaient des fusées. Aussi le poëte dit que Koubilaï appela tous les sorciers et les devins de son armée, leur ordonna de consulter les présages et de prédire l’issue du combat. Alors les sorciers et les devins s’assemblent, se partagent en deux camps, entre lesquels on plante un bâton noir. Les sorciers coupent en deux ce bâton, donnent à l’un des morceaux le nom de Koubilaî et à l’autre le nom du chef des chrétiens ; puis dès qu’ils ont prononcé certaines paroles magiques, les deux bâtons commencent un combat qui finit par la victoire du bâton Koubilaï. En effet les chrétiens furent vaincus.

Les fragments lyriques du recueil de Krolodwor, ne sont pas assez importants pour nous arrêter, d’ailleurs nous en parlerons quand nous examinerons la poésie des Serbes.

Longtemps avant la composition de ces derniers