Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fragments, les Russes et les Polonais possédaient déjà des monuments littéraires.

Nous avons vu dans les leçons précédentes que deux empires s’étaient élevés au sein de la race slave. L’établissement de ces deux-nationalités imprimait un nouveau mouvement à cette race qui passait, pour ainsi dire, alors de la vie végétative à la vie animale. Le christianisme seul put lui donner le vrai souffle de la vie humaine.

Les circonstances au milieu desquelles cette religion s’introduisit, le caractère du clergé, les rapports politiques entre l’Église et la souveraineté nationale ; tout est différent dans ces deux états. Les Polonais ainsi que les Slaves du Midi et de l’Ouest étaient obligés, par leur vie politique même, de se convertir au christianisme. Sans cette conversion, nul gouvernement ne pouvait se fonder définitivement chez eux, et plus tard ils n’auraient eu aucun moyen de salut contre les invasions étrangères. Déja, en effet, sous Dagobert, les Francs combattaient les Slaves sur les bords du Danube ; mais bientôt ceux-ci eurent des ennemis plus terribles dans les empereurs d’Allemagne. Le vaste empire l’allemand n’avait pas une très grande puissance d’action dans son intérieur ; c’était un empire fondé sur la féodalité, modifiée par les priviléges des villes libres et contenue par la puissance de l’Église. Mais cet empire était tout-puissant lorsqu’il parlait au nom de l’idée de l’époque, au nom du christianisme. On sait quelles forces les empereurs d’Allemagne opposèrent aux Sarrazins. Au nom dela religion, les villes libres, les corporations, les barons,