Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que toute la langue slave est en quelque sorte coulée d’un seul métal, pur d’alliage, qu’elle est sortie et s’est développée d’une seule parole. En l’étudiant attentivement, on est obligé d’examiner les plus importantes questions de philologie, résolues aujourd’hui de deux manières différentes par deux écoles philosophiques opposées. Les traditionalistes acceptent la parole humaine comme un don de la révélation ; les individualistes croient que c’est l’homme qui a créé la parole en s’en servant d’abord pour nommer les objets matériels et les besoins physiques, et en l’appliquant peu a peu ensuite à représenter les idées abstraites. L’étude approfondie de la langue slave concilie ces deux opinions contraires ; car les deux principes, en effet, le principe divin et le principe humain, se trouvent également dans notre langue : on dirait qu’elle se compose de deux langues qui se développent ensemble, l’une descendant des choses inconnues et supérieures aux choses inférieures et visibles, l’autre s’élevant du monde matériel vers la sphère des réalités morales. Nous voyons la même division dans le livre de la Genèse, où il est dit qu’une partie des êtres créés reçut ses noms de Dieu, et l’autre de l’homme. Comme on a voulu découvrir l’origine de la parole, de même a-t-on voulu en expliquer la loi de mouvement et de développement. Dc toutes les langues, le slave, par son immensité, répond le mieux à l’immensité de la nature. Les Allemands ont créé la philosophie naturelle ; les Slaves semblent destinés à développer la philosophie philologique. Notre profond penseur Kaminski a basé son système de philosophie naturelle