Page:Millaud - Madame l'Archiduc.pdf/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARIETTA.
––––––––Allons, je vous implore,
––––––––Laissez-moi, je le veux.

FORTUNATO.
––––––Combien mon cœur est amoureux.
COUPLET.
––––––L’archiduc n’est pas votre affaire,
––––––Il est laid, le temps l’a mûri.
––––––Votre époux ne saurait vous plaire,
––––––On n’aime jamais son mari.
––––––Pourtant le jour pour vous s’avance
––––––Où votre cœur faisant un choix
––––––Doit indiquer sa préférence ;
––––––Je suis le plus gentil des trois.

MARIETTA.
–––––Que voulez-vous dire ?

FORTUNATO.
–––––Que voulez-vous dire ? Que je vous aime.

MARIETTA.
––––––––––Bonté suprême !
–––––––Taisez-vous.

FORTUNATO.
–––––––Taisez-vous. Ecoutez-moi.

MARIETTA.
––––Taisez-vous, non, je ne veux rien entendre,
––––––––Laissez-moi, laissez-moi.

FORTUNATO.
––Non, ton cœur est ému, ta voix devient plus tendre,
––––––––Tu me fuis, malgré toi,
–––––––Un baiser, sans t’en défendre.

MARIETTA.
––––––––Non, non, non, c’est fini.

FORTUNATO.
–––––Tu dis non, et tes yeux me disent oui.