Page:Milledonne (Baschet)- Journal du concile de Trente.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
30
JOURNAL DU CONCILE DE TRENTE.

Vicence, comme étant des endroits favorables à cette convocation. Il envoya l’évêque Pietro Vergerio en Allemagne pour y déclarer le Concile. Infructueuse fut cette démarche, car cet État n’accepta point les villes que Sa Sainteté avait désignées. Finalement, le Pape choisit la ville de Trente, située aux confins de l’Italie et de l’Allemagne. Mais les Hérétiques, qui d’abord avaient demandé le Concile, cherchèrent, aussitôt qu’ils l’obtinrent, à empêcher qu’il eût lieu ou au moins à récuser son autorité. Tout cela fut cause

avantageux pour le bon succès de ce pieux dessein, et lesquels pour lors ne s’en seroient pas trouvés éloignés ; nous aurions assigné, comme nos lettres et nos registres en font foy, le Concile œcuménique et l’assemblée générale des Évêques et autres Pères qui ont droit d’y assister, dans la ville de Mantoue, au 23e de mai de l’an mil cinq cent trente-sept de l’Incarnation de Notre-Seigneur, le troisième de notre pontificat… »

Des difficultés politiques de toute nature étant survenues, le Pape, d’accord avec les Vénitiens, avait choisi Vicence et convoqué le Concile pour le 1er novembre 1537, puis pour le 1er mai 1538. Voyez la bulle de Paul III du 22 mai 1542 et convoquant le Concile à Trente pour le 1er jour de novembre de la même année.