Page:Milton - Le Paradis perdu, trad. de Chateaubriand, Renault et Cie, 1861.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

remplirent de prostitutions et de violences la maison de Dieu ? Il règne aussi dans les palais et dans les cours, dans les villes dissolues où le bruit de la débauche, de l’injure et de l’outrage, monte au-dessus des plus hautes tours : et quand la nuit obscurcit les rues, alors vagabondent les fils de Bélial gonflés d’insolence et de vin ; témoins les rues de Sodome et cette nuit dans Gabaa, lorsque la porte hospitalière exposa une matrone pour éviter un rapt plus odieux.

Ces démons étaient les premiers en rang et en puissance ; le reste serait long à dire, bien qu’au loin renommé : dieux d’Ionie que la postérité de Javan tint pour dieux, mais confessés dieux plus récents que le Ciel et la Terre, leurs parents vantés ; Titan, premier-né du ciel avec son énorme lignée et son droit d’aînesse usurpé par Saturne, plus jeune que lui ; Saturne, traité de la même sorte par le plus puissant Jupiter, son propre fils et fils de Rhée ; ainsi Jupiter, usurpant, régna. Ces dieux d’abord connus en Crète et sur l’Ida, de là sur le sommet neigeux du froid Olympe, gouvernèrent la moyenne région de l’air, leur plus haut ciel, ou sur le rocher de Delphes, ou dans Dodone, et dans toutes les limites de la terre Dorique. L’un d’eux, avec le vieux Saturne, fuit sur l’Adriatique aux champs de l’Hespérie, et par delà la Celtique erra dans les îles les plus reculées.

Tous ces dieux et beaucoup d’autres, vinrent en troupe, mais avec des regards baissés et humides, tels cependant qu’on y voyait une obscure lueur de joie d’avoir trouvé leur chef non désespéré, de s’être trouvés eux-mêmes non perdus dans la perdition même. Ceci refléta sur le visage de Satan comme une couleur douteuse : mais bientôt reprenant son orgueil accoutumé, avec de hautes paroles qui avaient l’apparence non la réalité de la dignité, il ranime doucement leur défaillant courage et dissipe leur crainte.

Alors sur-le-champ il ordonne qu’au bruit guerrier des clairons et des trompettes retentissantes son puissant étendard soit levé. Cet orgueilleux honneur est réclamé comme un droit par Azazel, grand chérubin ; il déferle de l’hast brillant l’enseigne