Page:Mirbeau - L’Épidémie.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

alarmants, et que nous n’avons pas le droit de préjuger, se manifestaient… eh bien, nous aurions toujours le temps de prendre les mesures nécessaires… Dans l’état actuel, nous ne devons pas intervenir… (Très ferme.) À l’autorité maritime d’aviser, si elle le juge utile !…

LE MAIRE

Justement, Messieurs… et c’est là où je voulais en venir… (Confidentiel.) Le préfet maritime est fort en colère !… Je l’ai vu hier soir… Il m’a dit que cela ne pouvait pas durer… Il prétend que les casernes sont d’immondes foyers d’infection… (Rumeurs.)… que l’eau bue par les soldats est plus empoisonnée que le purin des étables… (Rumeurs.) Bref, Messieurs, il exige que nous reconstruisions les casernes… (Protestations.)… que nous amenions de l’eau de source dans les casernes… (Tollé général.) Il exige encore…

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION, levant les bras.

Il exige !… Il exige !… mais c’est de l’insolence !…

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ, même jeu.

De la folie !

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION, tapant sur la table.

Du gaspillage !

PREMIER CONSEILLER

Nous n’avons pas d’argent pour de telles fantaisies… La commune est obérée… Il nous faut reconstruire le théâtre.

DEUXIÈME CONSEILLER

Décorer l’hôtel de ville… (Il montre la salle.) Car enfin est-ce un hôtel de ville ?… À quoi ressemblons-nous dans cette baraque ?